Wednesday, March 12, 2008

nothing came out

Quand je fais la montagne de vaisselle qui pourrit dans l'évier, quand je descends les pavés inégaux de Regent Street, quand je remonte les escaliers mécaniques du underground (à la DROITE, à la DROITE!) ou m’assieds sur les bancs feutrés style soixante-dix du tube (surtout quand je m’assieds sur les bancs feutrés style soixante-dix du tube), peu importe ce que je fais, je ressens cet intense désir de m’évacuer. Ça s’accumule et s’empile, ça gronde et ça grouille avec une lenteur souffrante, juste là-là.

Mais quand ça compte, quand je pose mes fesses et dégourdis mes doigts, avec anticipation et transpiration, ça ne. Sort. Pas.

Ça bloque.
Ça enfonce sans pousser.
Ça agace comme une grosse merde.
Ça fait chier, mais pas vraiment, vous suivez?

Mesdames, messieurs, je suis blogstipée.

Mais en attendant que mes muscles relaxent, veuillez visionner mon band* chéri du jour. Merci.




*Quoi, vous n’attendiez pas du Beethoven quand même? Pas après ça... (Ô! R’gard les jolies couleurs...!)

2 comments:

Gorgondoza said...

maybe you should try poetry... just a thought.

vapidly vibrant said...

Comme un vrai pouette?